En paix avec soi même
Stacks Image 633

Certaines esclaves ont l’impression assez juste souvent, d’être infantilisées, c’est souvent le cas pour les novices et c’est un signe d’une bonne progression. Le Maitre saura s’en féliciter et expliquer combien il est heureux de ces progrès. Il saura marquer la différence entre ce qu’il attend, les moyens qu’Il emploie et les impressions qu’il recueille auprès d’elle à ce sujet.
De même toute correction ou punition est expliquée avant puis confirmée après. Parmi les punitions possibles celles qui permettent de contribuer, même durement, à l’expression de la nature disponible et abandonnée de l’esclave sont à privilégier.

L’obliger à faire des courses avec son collier de dressage (celui doté d'un anneau) est une bonne punition,(à surveiller de loin) le regard des autres la conforte dans sa nature et ainsi exposée elle ressent combien elle est différente tout en étant elle même.

Lui imposer de se réciter à haute voix à genoux au coin durant trente minutes fait partie des punitions ou du dressage comme de lui imposer de marcher à quatre pattes durant deux ou trois jours, comme de ne faire ses besoins qu’en présence du Maitre dans une bassine qu’elle aura à vider dans les toilettes.

En tout état de cause les raisons profondes du dressage : offrir à l’esclave le temps et l’espace de l’épanouissement de sa nature véritable dans le service au Maitre, demeure la ligne de conduite principale de l’ensemble des actions du Maitre.