En paix avec soi même
Stacks Image 513

Il n’est pas question d’intimité sexuelle puisque le corps de l’esclave est propriété du Maitre par nature. Il a toute liberté d’en user quand et comment bon lui semble, de le marquer ou de le transformer comme Il le jugera bon. L’esclave, libérée de toute initiative en matière de plaisir sexuel personnel, ne peut en aucun cas se masturber ou jouir sans l’autorisation de son Maitre.

Son intimité sexuelle est entre les mains de son propriétaire et Maitre en toutes circonstances. L’aptitude à jouir, l’orgasme de l’esclave est propriété de son Maitre. Elle ne peut pas jouir sans en demander la permission dans les premiers temps du dressage qui évolue généralement vers l’orgasme sur ordre.

Le Maitre, qu’il utilise l’esclave sexuellement ou non, lui ordonne de jouir, quelque fois après un court décompte. Au fil du temps, l’orgasme de l’esclave ne peut plus être déclenché sans l’ordre du Maitre et c’est une excellente chose.

Des périodes sans orgasmes sont à expérimenter comme des périodes intensément orgasmiques. Il est extrêmement gratifiant pour l’esclave de se ressentir inapte au plaisir sexuel sans l’ordre de son Maitre.

L’intimité psychologique de l’esclave appartient tout autant à son Maitre. Cependant c’est l’esclave qui est dans son corps, dans sa tête et dans son cœur et son Maitre, malgré toutes ses qualités, n’est pas télépathe.

C’est généralement une source d’erreurs ou d’incompréhension corrigées de part et d’autre comme il se doit. L’esclave novice, découvrant l’étendue de l’emprise de son Maitre sur elle même attends quelque fois, à tort, que son Maitre devine ce qu’elle ressent.

Aussi talentueux soit Il, Il saura reconnaître cette erreur, en affirmer la cause afin de la corriger doucement. Le mythe du prince charmant n’est pas loin dans ce cas.

Un Maitre n’est pas un prince charmant mais celui qui avec patience et rigueur permettra à son esclave de se vivre telle qu’elle se sent être. Le bon exemple à cet égard est la perception des émotions en soi et partagées.