En paix avec soi même
Stacks Image 517


Certes il peut sembler étrange de parler ainsi d'une démarche qui vise au travers du dressage à faire de l'esclave un être dénué de volonté propre, d'ego mais c'est bien ainsi que les choses se font d'une manière générale. Pour autant cela ne signifie pas que l'esclave n'a pas de besoin ou ne serait qu'un objet à disposition de son Maitre/Propriétaire.

Dans certains cas, le dressage vise à permettre à l'esclave de vivre en permanence uniquement comme un objet ou un animal de compagnie. Cependant toute dénuée de volonté propre soit elle, l'esclave n'en demeure pas moins une personne humaine dont les besoins fondamentaux de sécurité, de reconnaissance, de confiance, de création et d'entretien doivent être satisfaits. C'est là, comme chacun en convient, une responsabilité considérable pour le Maitre.

N'oublions jamais que l'esclave est le reflet du Maitre et que dans cette vérité les progrès de l'esclave sont les progrès du Maitre comme ses erreurs. Certains diront, à juste titre qu'il s'agit d'une responsabilité importante qui n'est pas sans risque. C'est enfoncer une porte ouverte que d'affirmer que les responsabilité sont par nature risquées.

Il est clair que parmi les exemples qui sont discutés ici beaucoup sont le fruit d'une longue et patiente démarche relationnelle. De la même manière qu'il ne vous viendrait pas à l'esprit de tenter la traversée de l'océan atlantique à la rame sans préparation, il est bon de remettre ce qui nous fait rêver à sa place.

Les exploits des uns et des autres nous font rêver, ils nous montrent que c'est possible mais seule l'expérience progressive et mesurée peut nous permettre d'envisager de la pratiquer en être mature que nous sommes tous appelés à être. Il en est de même pour toute expérience humaine un peu risquée (sportive, littéraire, mystique, scientifique etc...) : de grands rêves peuvent être atteint avec patience, persévérance, discernement, intuition, courage et imagination.

Certains couples élaborent des contrats d'esclavage ou contrats de soumission. Vous pourrez effectuer une recherche sur internet (contrats d’esclavage ou de soumission) qui vous permettra de comparer les différents contrats signés par les uns et par les autres.

Il est clair que chaque relation étant unique il est préférable, tout en s'inspirant de ce que les uns et les autres ont fait, de rédiger le contrat préalable à l'engagement ensemble en prenant soin d'y noter précisement la nature des engagements respectifs du Maitre comme de l'esclave.

Stacks Image 518
La relation au corps est primordiale comme l'importance de la sexualité. L'être humain est un tout, l'esclavage pleinement consenti permet au Maitre de dresser son esclave tant par l'esprit que par le corps en se servant de l'un comme de l'autre en vue de l'épanouissement de la relation. Choisir d'être une esclave, choisir de progresser vers la liberté de l'absence d'ego et de volonté propre est souvent un choix de tête et de cœur. Il est clair que de même le corps, en cas de dysfonctionnement, peut guérir l'esprit et inversement, le Maitre dresse et entretien le corps de l'esclave comme son esprit.

A la différence d'un animal, l'esclave en tant qu'être humain demeure un être créateur. Il est ainsi prudent de ne pas se leurrer : si le but du dressage est de permettre à l'esclave de vivre comme un objet ou un animal de compagnie, elle n'en demeure pas moins un être qui, dans son besoin de reconnaissance et de création, doit pouvoir créer. La vision du Maitre est une vision à long terme et l’esclave sait que le dressage pour être valide est un chemin qui s’étale dans le temps.

Qu'il s'agisse de s'occuper de la maison, de faire de la musique, du sport, d'écrire ou d'exercer une activité professionnelle, le Maitre doit tenir compte de cette nécessité : au minimum une activité créatrice ou créative est indispensable à l'esclave. Il n'y a pas beaucoup de règles générales dans le domaine des relations Maitre/esclave, celle ci, dans la perspective d'une relation durable et permanente, en est une.


Enfin, il faut toujours garder à l'esprit qu'un dressage accompli tisse un lien d'une force remarquable dont il est essentiel de tenir compte sur le long terme. Aujourd'hui internet nous permet de N/nous reconnaitre les uns et les autres. Dans cet esprit il est juste de ne pas rester dans son coin seuls au risque d'une séparation dont les conséquences peuvent se révéler désastreuses.

Les lieux d'échanges comme ici sont nombreux, il est du devoir du Maitre de pouvoir y nouer des relations et de pouvoir offrir à son esclave la possibilité de nouer des relations avec ses sœurs en esclavage. Internet permet cela, c'est une question d'entraide qui fait aussi partie des rares rêgles indispensables à la progression harmonieuse et confiante de la relation Maitre/esclave.

Une esclave bien dressée a besoin de peu de chose : se sentir en sécurité (émotionnellement, socialement et matériellement), entretenue, reconnue et respectée, voire dans certains cas aimée.

Un Maitre accompli pour sa part a besoin de peu de chose lui aussi : de mesure, d'auto discipline, de courage et de patience...

Toutes choses qui sont à considérer avec justesse et discernement. Avant de rejoindre les milliers de couples et de groupe pratiquant, chacun, le Maitre comme l'esclave a le devoir d'être meilleur... Et ceci afin de pouvoir s'offrir durablement le meilleur de ce qu’I/ils ont choisi de vivre ensemble.